ATTENTION : LES INFORMATIONS PRESENTES SUR CE SITE NE REMPLACENT PAS L'AVIS D'UN MEDECIN !

instagram takipçi kumbağda pansiyon instagram takipçi hilesi

Maladie de Crohn

Que savoir sur la maladie de Crohn : le b.a-ba

Son nom revient souvent, dans les cabinets médicaux comme dans les médias : la maladie de Crohn touche un grand nombre de personnes, principalement les jeunes adultes, plus particulièrement entre 20 et 30 ans. En Europe, l’incidence de la maladie de Crohn toucherait jusqu’à 39 200 nouveaux cas par an et concernerait 850 000 personnes au total. Des statistiques à interpréter au conditionnel en raison du nombre de chiffres publiés.

Nous allons essayer de voir ici quelles sont les causes, les symptômes, le diagnostic et les traitements de la maladie de Crohn. Mais avant cela, il est important de comprendre l’appareil digestif dans son ensemble.

Qu’est-ce que la maladie de Crohn ?

La maladie de Crohn fait partie des MICI, les maladies inflammatoires chroniques intestinales. Elle se caractérise principalement par une inflammation au niveau de l’iléon et du colon mais peut très bien s’étendre à l’ensemble du tube digestif (l’appareil gastro-intestinal) ainsi qu’à la peau, aux articulations et aux yeux. Son origine est multiple et inclut des facteurs génétiques ainsi qu’un microbiome.

Chronique, la maladie de Crohn évolue par poussées qui font suite à des phases de rémission durant lesquelles le malade ne ressent aucun symptôme. Lors des poussées de la maladie, des signes tels que des diarrhées, des douleurs abdominales et des lésions proctologiques sont le quotidien des malades.

L’appareil digestif : fonctionnement et terminologie

Pour bien comprendre la maladie de Crohn dans toute son ampleur, il est important d’avoir des connaissances de base sur l’appareil digestif ou tractus gastro-intestinal (tractus GI)

L’appareil digestif a pour fonction essentielle de transformer les aliments que nous absorbons en éléments utilisables par notre corps afin d’en retirer de l’énergie et de distribuer des nutriments à l’ensemble des organes par le biais du sang. Chacun des organes de l’appareil digestif a la particularité d’avoir une forme oblongue. Ces organes sont reliés entre eux par des soupapes que l’on appelle sphincters. Ces derniers fonctionnent en s’ouvrant et en se fermant lorsque cela est nécessaire, à l’instar de portes.

Les aliments passant par l’appareil digestif suivent un processus bien défini :

  • Lorsque les aliments sont mastiqués et broyés par les dents dans la bouche, ils sont imbibés de salive de manière à les humecter et les préparer à la digestion.
  • Les aliments sont ensuite avalés puis d’autres aliments entrent par la bouche pour suivre le même processus. La langue force la bouchée d’aliments dans la gorge, lui permettant de descendre rapidement le long de l’œsophage pour atteindre l’estomac, sous l’effet d’un mouvement musculaire que l’on appelle péristaltisme.

C’est donc grâce au péristaltisme que les aliments avancent de la bouche à travers le tube digestif. C’est ainsi qu’ils seront également évacués de l’organisme

  • Une fois dans l’estomac, les aliments entrent en contact avec des sécrétions acides : des sucs digestifs. Le processus de dégradation est entamé ; il vise à permettre à l’organisme d’extraire le maximum de nutriments des aliments absorbés. Afin de mélanger les aliments aux sucs digestifs, l’estomac se contracte et se rétracte, transformant peu à peu les aliments en bouillie.
  • La nourriture est ensuite poussée vers l’intestin grêle, à l’endroit même où les nutriments sont absorbés. Elle se trouve à présent dans le duodénum, c’est-à-dire la partie la plus haute de l’intestin. C’est également la partie supérieure d’un organe de 8 mètres de long environ, tel un tuyau replié sur lui-même plusieurs fois, de manière à pouvoir être contenu dans la cavité abdominale. L’intestin grêle possède une paroi plissée et inégale permettant d’augmenter sa surface et sa capacité d’absorption des nutriments. De nombreux petits vaisseaux sanguins, quant à eux acheminent les nutriments absorbés de l’intestin vers le foie.
  • La paroi intestinale sécrète un mucus qui facilite le passage de la bouillie au cours de la digestion. Elle sécrète également de l’eau qui permet de mieux dissoudre les aliments.

D’autres organes, comme le foie ou le pancréas, libèrent des substances que l’on appelle enzymes, afin de faciliter le processus de digestion des protéines, des sucres et des graisses que l’on trouve dans la nourriture.

  • Au fur et à mesure que les aliments sont transformés dans le processus de digestion, ils deviennent de plus en plus liquides pour passer le long du jéjunum, segment central de l’intestin grêle, jusqu’à l’iléon, c’est-à-dire le segment inférieur de l’intestin grêle. Avant même que les aliments n’atteignent le gros intestin, environ 1 litre de liquide est absorbé.
  • Entre l’intestin grêle et le gros intestin (encore appelé le côlon), on trouve le caecum qui, avec l’iléon, est l’une des parties les plus touchés par la maladie de Crohn.
  • Le gros intestin sécrète du mucus, qui vient s’ajouter au contenu de l’intestin, l’ensemble formant les selles. À ce stade, le principal rôle du gros intestin et d’absorber l’eau. Une fois que les selles atteignent le rectum, c’est-à-dire la partie extrême du gros intestin, elles ont une forme relativement solide. Dans le gros intestin habitent également des bactéries qui viennent digérer les aliments absorbés, générant des gaz. A noter que les bactéries intestinales produisent également de la vitamine K qui contribue à la coagulation du sang, notamment.
  • Les aliments sont finalement transformés en selles, évacués de l’organisme par l’anus.

Le tube digestif est un élément essentiel de l’appareil digestif qui va de la bouche à l’anus : l’inflammation liée à la maladie de Crohn peut toucher n’importe quelle partie du tube digestif, la plus sensible étant celle qui se situe dans la cavité abdominale de l’appareil digestif, à l’extrémité de l’intestin grêle, à la jonction avec le colon : l’iléon.

La maladie de Crohn est-elle une maladie grave ?

La maladie de Crohn n’est pas une cause de décès, mais elle crée une gêne à vie. Aujourd’hui, il n’y a aucun traitement permettant d’y remédier de manière définitive. Par ailleurs, on ne connaît pas les causes exactes de la maladie de Crohn, bien que l’une de ses composantes soit auto-immune, ce qui veut dire que les défenses naturelles de l’organisme, au lieu de le protéger, ne parviennent pas à faire la distinction entre les corps étrangers contre lesquels il faut lutter et les éléments appartenant à l’organisme.

La maladie de Crohn est liée, en partie, à des facteurs génétiques : environ 25% des personnes atteintes par cette maladie ont un membre de leur famille souffrant d’une MICI.

La maladie de Crohn présente des symptômes gênants et des complications variées. Certaines de ces complications peuvent être très graves comme une obstruction intestinale, une mauvaise absorption générale des carences alimentaires, des fissures anales, une sténose (rétrécissement d’une partie de l’intestin etc.).

Bien qu’aucun traitement n’existe pour pallier à la maladie de Crohn et en venir à bout, il existe de nombreux traitements qui permettent de vivre avec et de maîtriser les symptômes.

Quelles sont les personnes touchées par la maladie de Crohn ?

Nous sommes tous à égalité devant la maladie de Crohn, sachant qu’elle touche les hommes comme les femmes. Bien que les études ne le démontrent pas avec exactitude, la maladie semblerait avoir des origines héréditaires et les personnes atteintes peuvent très bien avoir un ascendant ou un descendant touché par la même maladie, au même titre qu’un frère ou une sœur.

Bien que la maladie de Crohn puisse survenir à tout âge, les personnes les plus touchées ont entre 13 et 30 ans.

Selon une étude réalisée aux États-Unis, les personnes d’origine juive auraient un risque accru de développer la maladie de Crohn, alors que les Afro-Américains semblent être un segment de la population moins touché par cette maladie.

En France, la maladie de Crohn touche 4 à 5 personnes sur 100 000 habitants. Chaque année, près de 4 000 nouveaux cas de maladie de Crohn sont diagnostiqués. Ils concernent très souvent des adultes jeunes avec un pic de fréquence entre 25 et 30 ans. À noter que plus de 10 % des malades sont diagnostiqués avant l’âge de 17 ans.

Selon une étude récente, l’incidence de la maladie de Crohn, c’est-à-dire le nombre de nouveaux cas par an, a augmenté de façon considérable chez les 10–19 ans : une augmentation de 79 % entre 1988 et 2007. En raison de sa durée, la maladie est souvent grave lorsqu’elle touche ces patients et pose des problèmes sérieux de prise en charge, surtout en matière de croissance staturo-pondérale.

Diagnostiquer la maladie de crohn

Quelles sont les causes de la maladie de Crohn ?

Comme pour de nombreuses autres MICI, la maladie de Crohn n’est pas associée à une seule cause bien précise et semblerait être la conséquence d’une anomalie de la réponse immunitaire de l’intestin par rapport à certains composants de la flore intestinale chez des personnes génétiquement prédisposées et sous l’influence de facteurs extérieurs.

Les causes de la maladie de Crohn sont complexes et liées à un dysfonctionnement du système immunitaire avec une origine à la fois génétique et environnementale.

Le système immunitaire a pour fonction de protéger notre organisme contre les infections en identifiant et en détruisant les bactéries pouvant être nocives pour notre corps. Lorsqu’il ne fonctionne pas correctement, le système immunitaire défaillant peut agir de manière contraire, en attaquant les bactéries et les autres éléments et substances nutritives inoffensifs ou même bénéfiques pour le corps.

Lorsque l’on parle d’origine génétique, il convient de préciser que la maladie de Crohn n’est pas le résultat de la seule mutation sur un seul gène en particulier. Il s’agit d’un ensemble de mutations qui accroissent le risque d’être atteint. On connaît aujourd’hui, une trentaine de gènes impliqués dans la survenue de la maladie de Crohn. Leur nombre explique les variations importantes d’un individu à l’autre, en matière de sévérité.

Parmi les facteurs non génétiques pouvant favoriser l’apparition de la maladie de Crohn, une souche particulière de bactéries La bactérie intestinale E.coli ou Escherichia coli serait impliquée. Plus fréquente dans le monde industrialisé, la maladie pourrait également être liée à « l’excès » d’hygiène du monde moderne.

L’autre facteur largement mis en cause dans la maladie de Crohn est le tabac, qui favorise son apparition et aggrave les crises.

Les femmes qui fument ont un risque deux fois supérieur d’être atteintes par la maladie de Crohn, par rapport aux femmes qui ne fument pas.

L’alimentation joue également un rôle dans la maladie, la consommation excessive de protéines et le déséquilibre en matière de consommation d’acides gras pouvant être associé à un risque supérieur d’être atteint par la maladie.

Enfin, le stress ne semble pas provoquer la maladie de Crohn, mais a pour effet de l’aggraver.

Symptômes et diagnostic de la maladie de Crohn

La maladie de Crohn se manifeste principalement par des douleurs abdominales, une diarrhée chronique (rarement glairo-sanglante) et un amaigrissement du patient. Si la maladie ne touche pas le colon, le transit peut être normal. Selon les cas, il peut y avoir une fièvre modérée ainsi que les signes de fatigue.

Au cours de sa vie, un malade sur deux connaîtra des lésions anopérinéales. Il s’agit de fissures, de fistules ou d’abcès dont les signes ont un impact important sur la qualité de vie des patients et sur les symptômes qu’ils éprouvent.

Les symptômes liés à la maladie de Crohn ne se limitent pas au tube digestif. Ainsi, environ un tiers des malades connaisse des symptômes extérieurs comme les aphtes, des érythèmes, les rhumatismes, les atteintes hépatiques, oculaires, urologiques…

Lorsqu’elle touche les enfants, la maladie de Crohn engendre des phénomènes de malnutrition pouvant provoquer des retards de croissance importants.

Puisque la maladie de Crohn évolue par poussées, le diagnostic se fait le plus généralement lors d’une crise. Suite à un examen préliminaire, le médecin effectue un bilan initial. Pour ce faire, il s’entoure des spécialistes compétents : le gastro-entérologue, le radiologue, le rhumatologue, l’ophtalmologue…

Selon les cas, des examens complémentaires peuvent être réalisés. Il s’agit :

  • D’un bilan biologique, effectué par une analyse de sang permettant d’évaluer les effets de la maladie sur les organes (reins, foie) ainsi que sur l’équilibre nutritionnel, entre autres
  • D’une coloscopie, le plus souvent sous anesthésie générale, réalisée à l’aide d’une caméra miniature permettant d’inspecter le colon et la partie terminale de l’intestin grêle.
  • D’une endoscopie oeso-gastro-duodénale accompagnée de biopsie afin de dépister une éventuelle localisation haute de la maladie
  • D’une vidéo capsule, préconisée dans les cas les plus compliqués, permettant d’explorer l’intestin grêle.

Le diagnostic peut également recourir à des examens radiologiques :

  • l’I.R.M. vise à évaluer l’étendue des lésions et la présence de fistules ou d’abcès
  • Le scanner abdominal permet de détecter des abcès ou une éventuelle occlusion intestinale
  • L’échographie abdominale permet d’observer d’éventuelles fistules ou un possible rétrécissement du diamètre intérieur de l’intestin

L’évolution de la maladie de Crohn et ses complications

Lorsqu’il est bien pris en charge, le patient atteint de la maladie de Crohn peut tout à fait mener une vie normale ou presque. Comme nous l’avons évoqué plus haut, la gravité de cette pathologie varie d’un individu à l’autre et certains malades éprouvent donc plus de difficultés que d’autres au quotidien, durant les poussées.

La maladie de Crohn étant une maladie à vie, des complications sont possibles et notamment :

  • La dénutrition, due à une mauvaise absorption des aliments via la paroi intestinale
  • Des fissures anales
  • Une sténose intestinale, c’est-à-dire un rétrécissement du diamètre intestinal
  • Des fistules, c’est-à-dire une formation anormale entre deux organes internes
  • Une anémie, c’est-à-dire une baisse anormale d’hémoglobines dans le sang

Certaines pathologies peuvent également découler de la maladie de Crohn, dont notamment :

  • Une pyodermite, c’est-à-dire une ulcération douloureuse sur la jambe
  • Une uvéite, affectant les yeux et pouvant causer des troubles de la vue
  • Certaines maladies comme la polyarthrite
  • Certains problèmes vasculaires comme la thrombose

Parmi les complications, il faut également noter les problèmes d’ordre psychologique ainsi que l’impact au niveau socioprofessionnel qui peut en résulter.

Certaines complications de la maladie de Crohn peuvent nécessiter une hospitalisation en urgence. C’est le cas notamment :

  • Des abcès dans la zone anale et périnéale
  • D’une appendicite aiguë
  • D’une hémorragie digestive
  • D’une péritonite
  • D’une occlusion intestinale

Les traitements de la maladie de Crohn

Parmi les traitements médicamenteux de la maladie de Crohn, il existe plusieurs thérapies :

  • Les dérivés salicylés
    Ce sont les plus anciens médicaments utilisés dans les maladies inflammatoires de l’intestin
  • Les corticoïdes à action systémique
    Leur efficacité est prouvée dans le cadre de poussées modérées à sévère de la maladie de Crohn
  • Les corticoïdes à action topique
  • Les immunodépresseurs
    Ils occupent aujourd’hui une place importante dans le traitement des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, plus de la moitié des patients étant traités par ces molécules.
  • Les Anti-TNF
    Des biothérapies (ou thérapies biologiques ciblées) révolutionnaires depuis les années 1990, qui ont permis à de nombreux patients résistant au traitement médical standard d’éviter la chirurgie ou les hospitalisations.

Outre les traitements médicamenteux, la maladie de Crohn peut également être traitée par le biais de médecines douces (naturopathie, massages, acupuncture, par le contrôle de l’alimentation en évitant certains aliments et bien entendu en s’abstenant de fumer.

canlı bahis canlı bahis canlı bahis canlı bahis canlı bahis canlı bahis canlı bahis