ATTENTION : LES INFORMATIONS PRESENTES SUR CE SITE NE REMPLACENT PAS L'AVIS D'UN MEDECIN !

Le stress aggrave la maladie de Crohn

Le stress et la maladie de crohnAujourd’hui, la majorité de la population des pays occidentaux est touchée par le stress. On sait que celui-ci est néfaste pour notre santé, qu’il provoque la perte de nos cheveux et l’augmentation des maladies inflammatoires et des risques cardiovasculaires ; mais des études ont récemment prouvé qu’il avait également un rôle dans la maladie de Crohn. Cette maladie des intestins, compliquant sérieusement le quotidien des personnes atteintes, peut être aggravée par un surplus de stress. Zoom sur cette implication méconnue, qui pourrait pourtant améliorer la vie des patients s’ils apprenaient à bien gérer leur stress.

Stress et inflammation

Les médecins ne savent pas précisément quand et pourquoi la maladie de Crohn se déclenche. Les facteurs peuvent être nombreux, et découler soit de la génétique, de l’environnement ou du mode de vie, etc. Aujourd’hui, il semble clair que le stress aussi joue un rôle dans l’évolution de cette maladie.

Le stress ne déclencherait pas directement la maladie de Crohn mais, en synergie avec d’autres facteurs, il semble l’aggraver en provoquant des poussées inflammatoires ou en amplifiant certaines phases critiques de la maladie.

Un cercle vicieux

Mais dans cette histoire, on ne sait pas qui de la poule ou de l’œuf est apparu le premier. Explication : bien souvent, la personne sur le point de déclencher la maladie de Crohn est stressée, ce qui instaure un climat favorable à l’installation de la maladie. Or, quand le médecin apprend au patient qu’il souffre de cette maladie, ce dernier ressent un important pic de stress, qui l’entraîne dans un véritable cercle vicieux.

Ainsi, au « simple » stress quotidien dû à son travail, ses enfants, ses relations amoureuses ou familiales, le patient se rajoute un stress bien plus conséquent dû à la maladie, et aux possibilités d’évolution qui existent. Des études ont prouvé qu’une fois installé dans cet environnement stressant, les poussées inflammatoires liées à la maladie de Crohn se faisaient plus fréquentes, et impactaient négativement sur la vie du patient. Ce qui à son tour, augmente son stress et son inquiétude par rapport à sa qualité de vie.

Savoir gérer son stress

Il apparaît donc indispensable de bien savoir gérer son stress, surtout en cas de maladie de Crohn. Un patient qui réussira à retrouver le calme et la sérénité devrait voir ses crises s’espacer, ce qui lui permettra de mieux vivre sa maladie.

Il existe plusieurs manières d’apaiser son stress : faire du sport, veiller à dormir suffisamment et d’un sommeil réparateur, adhérer à une association de patients pour parler de sa maladie, renforcer sa vie sociale… Il est possible de consulter aussi des sites d’information spécialisé sur la gestion du stress.

Un suivi psychologique par un professionnel bien renseigné sur la maladie de Crohn est également conseillé. En effet, une étude a récemment prouvé que 24 patients bénéficiant d’un suivi psychologique efficace ont vu leur stress diminuer, leurs crises inflammatoires passer de 2 par an en moyenne à 0, et leurs consultations chez des spécialistes diminuer par deux.